Privacy-preserving cryptography from pairings and lattices

Translations: en

Titre: Cryptographie protégeant la vie privée à base de couplages et de réseaux.
Lieu: École Normale Supérieure de Lyon en Amphithéâtre B (3rd floor)
Date : 18 octobre 2018 à 14h30

[Manuscrit (en)] ou [par ici]

[Diapos (en)]

Résumé

Dans cette thèse, nous étudions les constructions cryptographiques prouvées pour la protection de la vie privée. Pour cela nous nous sommes intéressés aux preuves et arguments à divulgation nulle de connaissance et leurs applications. Un exemple de ces constructions est la signature de groupe. Ce protocole a pour but de permettre à un utilisateur de s’authentifier comme appartenant à un groupe, sans révéler son identité. Afin que les utilisateurs restent responsables de leurs agissements, une autorité indépendante est capable de lever l’anonymat d’un utilisateur en cas de litige. Une telle construction peut ainsi être utilisée, par exemple, dans les systèmes de transport en commun. Un utilisateur qui rentre dans un bus prouve ainsi son appartenance aux utilisateurs possédant un abonnement valide, sans révéler qui il est, et évitant ainsi que la société de transport ne le trace. En revanche, en cas d’incident sur le réseau, la société peut faire appel à la police pour lever l’anonymat des usagers présents au moment de l’incident. Nous avons proposé deux constructions de ces signatures de groupe, prouvées sûres sous des hypothèses simples dans le monde des couplages et des réseaux euclidiens. Dans la continuité de ces travaux, nous avons aussi proposé la première construction de chiffrement de groupe (l’équivalent de la signature de groupe pour le chiffrement) à base de réseaux euclidiens. Finalement, ces travaux nous ont amenés à la construction d’un schéma de transfert inconscient adaptatif avec contrôle d’accès à base de réseaux euclidiens. Ces constructions à base de réseaux ont été rendues possibles par des améliorations successives de l’expressivité du protocole de Stern, qui reposait initialement sur la difficulté du problème du décodage de syndrome.